www.sports.gouv.fr
Le Taekwondo, accélérateur d’inclusion sociale
jeudi, 13 janvier 2022

Belles rencontres ce matin, à l’INSEP, entre la Ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, le Président de la FFTDA, Hassane Sadok et les 6 athlètes chargés de conduire le « Projet de la Fondation Humanitaire de Taekwondo » piloté par la Fédération en partenariat avec la THF.

Toute l’originalité du programme axé sur l’inclusion par la pratique du taekwondo résidera dans cette double dimension d’accompagnement humain : encadrer des jeunes déracinés par des personnes ayant vécu les mêmes situations et leur offrir à tous des perspectives d’intégrations sociales et professionnelles.

La FFTDA en partenariat avec la THF, est la seule fédération à avoir intégré, en septembre 2021, un consortium de six partenaires dont les ONG Play International, Kabubu, Futbol Mas, Ovale Citoyen, Emmaüs Solidarité, retenus dans le cadre d’un appel à projet de l’Olympic Refuge Foundation (ORF) et du Ministère chargé des Sports, Coup d’accélérateur sur l’inclusion sociale des jeunes réfugiés ou déplacés en Ile de France.

La Ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a participé aujourd’hui au groupe de travail sur le « Projet de la Fondation Humanitaire de Taekwondo » piloté par la Fédération en partenariat avec la THF. Le projet vise à mobiliser des athlètes.

Ils s’appellent Sarah, Zakia, Oumaïma, Azizjan et Kevin. Ils ont pour particularité d’être réfugiés, immigrés ou anciens demandeurs d’asile et d’utiliser, parfois depuis plusieurs années, le taekwondo comme outil d’intégration sociale et citoyenne. Aux côtés de Bintou, sportive de haut-niveau à l’INSEP, ils ont été choisis pour conduire le projet en tant qu’intervenants sociaux ou sportifs, chargé de communication ou de recherche. Le programme qu’ils déploieront consiste à aider jeunes réfugiés et demandeurs d’asile en région parisienne (Seine-St-Denis en particulier) à s’inclure et à s’épanouir par le biais du sport dans les Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) et à la maison des réfugiés d’Ile de France.

Toute l’originalité du programme axé sur l’inclusion par la pratique du taekwondo résidera dans cette double dimension d’accompagnement humain : encadrer des jeunes déracinés par des personnes ayant vécu les mêmes situations et leur offrir à tous des perspectives d’intégrations sociales et professionnelles.
Ce mercredi 12 janvier à l’INSEP, en présence de la Ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, elle-même réfugiée politique devenue citoyenne française à ses 18 ans, la Fondation Humanitaire de Taekwondo et les structures partenaires du projet (Club Hanok, Jess Van Thuyne Gentilly, la ligue de Taekwondo d’Ile de France et l’Association francophone d’entraînement mentale) ont signé les conventions bilatérales pour la prise en charge des futurs contrats de travail des 6 professionnels précités.
Après les premières initiations qui permettront de redonner confiance et estime de soi, les bénéficiaires demandeurs d’asile ou réfugiés en Ile de France débuteront un cycle d’apprentissage de 12 séances.

Cette seconde phase leur offrira des opportunités de socialisation avec notamment l’apprentissage de la langue française. La dernière étape du projet portera sur leur inclusion au sein d’un club partenaire. Après leur passage de premier grade, ils pourront en effet intégrer gratuitement la structure partenaire. L’adhésion sera alors prise en charge à 100% dans le cadre du projet. Leur immersion dans le club favorisera les liens sociaux avec les autres adhérents, les conduira à s’approprier les règles de société et assurera la continuité de leur intégration au sein de notre République.

Avec ce concept, la THF en partenariat avec la FFTDA a intégré, en septembre 2021, un consortium de six partenaires dont les ONG Play International, Kabubu, Futbol Mas, Ovale Citoyen, Emmaüs Solidarité, retenus dans le cadre d’un appel à projet de l’Olympic Refuge Foundation (ORF) et du Ministère chargé des Sports, afin de concevoir ensemble un programme unique pour soutenir les personnes déplacées ou réfugiées en Ile de France à travers le sport. Ce projet est principalement financé par l’Etat à travers une don d’un million d’euro versée à la Fondation pour les réfugiés créée par le Comité international olympique.

Être des accompagnateurs sociaux fait partie de l’ADN des fédérations. C’est pour valoriser ce rôle sociétal au cœur des projets fédéraux que le Ministère chargé des Sports conclura avec elles dans les prochaines semaines les contrats d’engagement républicain, autour de ce qui fonde notre socle commun.