www.sports.gouv.fr
Élections fédérales
lundi, 20 avril 2020

Le report des Jeux Olympiques et Paralympiques à l’été 2021 a une incidence directe sur la tenue des élections fédérales qui doivent se tenir au plus tard le 31 décembre de l’année des Jeux. Or, les statuts de plusieurs fédérations sportives limitent les mandats de leurs présidentes et présidents à 4 ans.

Dans un contexte de crise sanitaire qui rend difficile la tenue des élections lors d’une assemblée générale élective avant le 31 décembre 2020 notamment pour celles qui doivent tenir des assemblées générales électives intermédiaires de comités territoriaux, la Ministre des Sports Roxana Maracineanu a souhaité recueillir la position du Comité National Olympique et Sportif concernant les modalités d’organisation des élections fédérales.

Le président du CNOSF, Denis Masseglia a procédé à une consultation des fédérations et annoncé à la Ministre avoir recueilli un consensus sur un report des élections jusqu’au 30 avril 2021 pour l’ensemble des fédérations sportives, à l’exception de celles dont les disciplines sont inscrites au programme des Jeux Olympiques d’hiver.

Soucieuse de respecter la voix et l’autonomie du mouvement sportif, la ministre se déclare favorable à cette proposition unanime de report qu’elle prévoit de transposer dans un décret qui sera soumis au Conseil d’Etat. Ce décret nécessitera la modification des statuts de certaines fédérations en assemblée générale.

« Je prends acte de la position qui m’a été présentée comme unanime du mouvement sportif et m’engage à adapter les dispositions réglementaires en ce sens. Je note que les présidents de fédérations ont fait preuve de responsabilité. La décision de décaler l’élection a le mérite de laisser l’équipe dirigeante actuelle gérer la rentrée de septembre qui s’annonce cruciale pour les fédérations et les clubs mais aussi de ne pas écourter les mandats des nouveaux élus vers l’échéance de Paris 2024 » précise la Ministre des Sports. « Je fais confiance aux fédérations pour que le passage de témoin entre les équipes sortantes et les nouveaux élus soit le plus fluide et constructif possible pour garantir la sérénité des athlètes à quelques semaines des Jeux de Tokyo. Je serai très vigilante à ce que leurs intérêts soient préservés, notamment en matière de continuité de l’encadrement technique. Il nous faut mettre à profit cette année supplémentaire de préparation, en faire un atout car une bonne performance à Tokyo est la meilleure manière de préparer Paris » ajoute la Ministre.

Roxana Maracineanu souligne que « l’allocation des moyens publics attribués aux fédérations restera conditionnée au respect des principes cardinaux qui fondent notre politique publique du sport ». A ce titre, la Ministre rappelle solennellement aux candidates et candidats engagés sa volonté de voir les fédérations s’engager sur deux thématiques majeures : la lutte sans faille contre toutes les formes de violences dans le sport ainsi que la féminisation des équipes dirigeantes et techniques. « Ces deux sujets doivent faire partie intégrante du projet et de la politique fédérale » indique la Ministre qui encourage le mouvement sportif à accentuer sa transformation au sortir de la crise sanitaire. Parmi les chantiers prioritaires : la représentation égale entre les femmes et les hommes tant au niveau des instances nationales que des organes déconcentrés, le vote des clubs et une plus forte prise en compte de leurs problématiques sans oublier une véritable politique pour stimuler l’engagement bénévole.

Enfin, Roxana Maracineanu estime que le report de quelques mois des élections fédérales permet aussi de ne pas différer la mise en place des nouveaux contrats de performance par l’Agence nationale du Sport avec les élus et les équipes de la direction technique des fédérations. Ces contrats seront basés sur des choix stratégiques de disciplines sportives engagées dans la haute performance sportive et en faveur de sportifs capables d’atteindre la finale et la médaille olympiques et paralympiques à Tokyo, à Pékin puis à Paris.