Championnats d’Europe de football - 2016

Imprimer

Le 28 mai 2010, à Genève, le Comité Exécutif de l’UEFA a désigné la France pour organiser le championnat d’Europe des nations de football, en 2016. Un événement majeur qui va permettre à l’hexagone de se doter d’infrastructures modernes favorisant le développement économique de ses clubs.

Comme un symbole, la délivrance est venue des mains du président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini. Le 28 mai 2010, sur les coups de 13h, l’ancien capitaine des Bleus a dévoilé le nom du pays organisateur de l’Euro 2016 de football. Et c’est la France qui a été désignée pour accueillir cet événement pour la troisième fois de son histoire, après la première édition en 1960 ainsi qu’en 1984 où les Bleus s’étaient d’ailleurs imposés à domicile.

La présence, décisive, du Président de la République française, Nicolas Sarkozy, et l’intervention du petit Nathan, 10 ans, ont fait la différence dans l’Espace Hippomène de Genève, en Suisse, où étaient réunis les membres du comité exécutif de l’UEFA. À l’issue du premier tour de scrutin, la France était arrivée en tête avec 43 point, devançant la Turquie, 38 points, tandis que l’Italie, 23 points, ne passait pas le premier tour. Et au final, c’est donc la France qui obtenait l’organisation de l’Euro 2016 par sept voix en sa faveur contre six à la Turquie.

S’il insufflera au football français un nouvel élan dont bénéficiera pleinement le monde amateur, cet événement international extrêmement porteur (le 3ème événement sportif mondial par son impact médiatique) va également permettre à la France de se doter d’infrastructures modernes favorisant le développement économique de ses clubs. Outre le stade de France de Saint-Denis, quatre nouveaux stades seront construits (Bordeaux, Lille, Lyon, Nice), et sept seront rénovés (Parc des Princes, Lens, Marseille, Toulouse, Saint-Etienne, Strasbourg et Nancy).

Le gouvernement qui a instauré une commission “grands stades” participera à hauteur de 150 millions d’euros.

"C’est avec la même patience et la même passion que le Gouvernement français mettra tout en œuvre à partir d’aujourd’hui pour tenir les engagements pris lors de cette candidature au service d’un Euro généreux, exemplaire et responsable ; un Euro que nous construirons, que nous vivrons, que nous partagerons tous ensemble pour réussir une fête du sport chaleureuse et enthousiaste"ont confirmé, dans un communiqué commun, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la santé et des sports, et Rama Yade, secrétaire d’État chargée des sports."L’organisation de l’Euro 2016 sera une chance pour le développement du football français, de nos écoles de formation et de nos clubs professionnels mais aussi la vitrine inégalée, pour les belles villes françaises qui accueilleront les matchs, de leur savoir faire et de leur hospitalité."

Les chiffres clés

- 2,5 millions de spectateurs attendus
- 24 sélections participeront à cette quinzième édition de l’Euro
- 51 matchs au programme
- 1,7 milliards d’euros, le coût total des travaux (construction et rénovation) pour les 12 stades retenus
- 12 stades dont 3 de réserve
- 50 000 spectateurs en moyenne par matchs
- 19 000 emplois créés

24 équipes en compétition

Le Comité exécutif de l’UEFA a accepté, en 2008, d’accroître le nombre de participants au Championnat d’Europe de l’UEFA. À compter de l’édition 2016, 24 nations s’affronteront pour devenir championne d’Europe, contre 16 actuellement.

La phase finale de la compétition consistera en six groupes de quatre équipes suivis par les huitièmes de finale, les quarts de finale, les demi-finales et la finale. Les deux premiers du groupe se qualifieront en plus des quatre meilleurs troisièmes. La nouvelle édition engendrera 51 matches, contre 31 maintenant et se disputera entre 29 et 31 jours selon le calendrier des matches. Cette décision historique offre aux pays de milieu de classement une meilleure chance de se qualifier pour la phase finale. Le format classique des éliminatoires (groupes de six et cinq équipes) demeure inchangé.

Dernière mise à jour le 7 juin 2013

Le ministère en charge des sports s’appuie sur un réseau de services déconcentrés, pour être au plus proche des territoires et des usagers, et d’établissements publics nationaux, pour répondre aux enjeux d’accompagnement et d’expertise.
Découvrir notre réseau

Espace dédié à la presse. Inscrivez-vous aux alertes presse : Retrouvez tous les communiqués, les discours, les vidéos, les contacts et l’agenda de la Ministre, Laura Flessel
Accéder à l’espace presse

Portail ministériel d’information sur les associations et la politique associative de l’État, guide d’informations pratiques et base documentaires. Créer votre association - Guides pratiques, etc.
Découvrir le site Associations.gouv.fr

Priorité Jeunesse : les études, les formations, le logement, le travail, la santé, la mobilité international, des informations pour répondre à vos questions.
Découvrir le site Jeunes.gouv.fr

Restons en Contact